Accueil | FAQs | Comment se lancer dans le backpacking (randonnée) si je n’y suis jamais allé ?

Comment se lancer dans le backpacking (randonnée) si je n’y suis jamais allé ?

Commencez par une randonnée d’une journée. Faites quelques lectures sur le sujet ; allez dans une bibliothèque publique et empruntez quelques livres sur le sujet. Trouver un mentor ; cela peut se faire au sein d’un club, d’une classe ou avec des amis qui font la même chose. Cela dépend (des facteurs) de votre âge, des ressources disponibles, etc.

Je n’ai jamais été membre des scouts (un bon début, que ce soit en tant qu’enfant ou en tant que responsable adulte (comme une amie (maman) dont le fils a besoin de modèles masculins)). Mon premier mentor a été mon professeur de biologie en classe de seconde (je l’ai revu hier (nous nous connaissons depuis 46 ans maintenant)). Ma première journée de randonnée a été de 16 miles aller-retour avec 4 000 pieds de dénivelé (vous n’avez pas besoin de faire une randonnée aussi difficile ; j’avais 14 ans). D’autres personnes et groupes sont possibles (par exemple, Sierra Club, AMC, CMC, Mazamas, Mountaineers, etc. ; j’ai présidé le club de mon lycée, les Trailblazers, et j’ai effectué deux mandats universitaires dans notre club d’alpinisme, mes amis étaient des Trail finders (une école)).

Prenez conscience de vos limites : distance de marche, dénivelé et temps (votre ressource la plus importante en plein air). Prenez votre déjeuner (à partir de vos lectures, vous devriez avoir une idée de ce qu’il faut prendre). Évitez d’acheter trop de choses. Ce n’est pas une question de matériel. Avec le temps, il est généralement bon d’apprendre à repousser ses limites (mais nous ne voulons pas encore nous avancer).

Certaines personnes suivent des cours comme Outward Bound ou NOLS (National Outdoor Leadership School). Ce n’est pas nécessaire, mais certaines personnes aiment cela. Le thème de ce que l’on appelle l’éducation en plein air est controversé.

Commencez lentement : marchez, achetez des choses, apprenez. Les choses se mettent en place par une progression lente. Vous n’apprendrez pas grand-chose en lisant ou en donnant des conférences. Il s’agit de mettre un pied devant l’autre et d’expérimenter.

Essayez le camping en voiture. Apprenez à dormir sur un sol plat. Apprenez à connaître et à minimiser les sacs de couchage (apprenez à les emprunter ou à les louer si possible), les coussins de mousse et les tentes (pour faire face à des conditions environnementales telles que la pluie). Apprenez à connaître les réchauds de camping (apprenez à les allumer, mais vous pouvez aussi utiliser d’autres méthodes de chauffage). Apprenez à faire des choses le soir à la lumière du jour, comme le montage d’une tente. Un mentor qui vous surveille (il ne doit pas nécessairement s’agir d’un instructeur (travail de cours)) peut vous aider à vous critiquer.

Enfin, il faut aller jusqu’à une randonnée de nuit. (Ce n’est que plus tard que j’ai fait du camping en voiture). Ma première nuitée a nécessité une marche de 8 miles avec 4 000 pieds de dénivelé jusqu’à 11 500 pieds (et je pense que nous avons dû transporter la plupart de notre eau). Mon professeur avait également amené son jeune fils (il avait peut-être 10 ans). Il n’est pas nécessaire de faire une randonnée aussi sérieusement. Sommet très venteux (un peu difficile de dormir), et j’étais de retour un mois plus tard (2e randonnée de nuit). Ma troisième nuit est allée au sommet du Mt Whitney (14.5K ft) (deux fois, au cours d’un week-end, avec mon mentor n°2).

Répétition – Suivez un cours de premiers secours et de réanimation cardio-pulmonaire. Acquérir d’autres compétences, comme la traversée d’une rivière. S’entraîner à utiliser une carte, une boussole et un GPS séparément. Réalisez que ce qui compte, ce n’est pas ce que vous apprenez dans un cours, mais ce que vous retenez dans la manière de résoudre les problèmes. Transition vers l’hiver (apprendre à skier, pas à faire de la raquette). Apprenez ce qu’il vous faut pour acquérir des compétences et du matériel. Apprenez à minimiser (c’est ce qu’on appelle mathématiquement le problème du sac à dos (ce que vous mettez sur votre dos)). Se faire de nouveaux amis fiables. Voyager dans le monde entier.

Évitez les aventures. Évitez les drames. La dernière chose dont vous voulez vous occuper, ce sont les cadavres. De vrais cadavres (des amis en ont). Les Jedi ne sont pas avides d’aventures, et vous ne devriez pas l’être non plus.

Tiré de https://bit.ly/3FWQN5z – Cet article a été écrit à l’origine par Eugene Miya, alpiniste et trekkeur depuis les années 1970.

Panier
Retour en haut